En AG, des cheminots rêvent de basculer en grève illimitée

Par

Les deux premiers jours de la grève à la SNCF, prévue en pointillé pendant trois mois, sont un succès. Mais aux yeux des militants réunis en assemblée générale à la gare du Nord à Paris, seule la grève reconductible tous les jours est l’arme susceptible de faire plier le gouvernement. Les syndicalistes concèdent qu’il reste du travail pour convaincre leurs collègues d’emprunter cette voie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ont frappé un grand coup, mais ne se sentent pas capables de lancer un mouvement illimité. Pas encore ? La question de la stratégie, et de la meilleure façon de faire front contre le gouvernement au vu des forces disponibles, était dans la tête de tous les cheminots, ce mercredi matin, gare du Nord à Paris. Tout au bout des voies, un peu à l’écart de l’agitation, « l’assemblée générale interservices » avait rendez-vous à 11 heures, comme chaque jour de grève depuis dix ans. Pour faire le compte des cheminots mobilisés, et évaluer l'efficacité du mode opératoire choisi : une grève intermittente, prévue pour durer trois mois, à coup de deux jours de blocage consécutifs, suivis de trois jours de reprise de l'activité.