Loi sur le travail: parce qu'ils valent mieux que ça

Par

En une semaine, le hashtag #OnVautMieuxQueÇa est devenu le recueil de toute une jeunesse. Même en 140 caractères, leurs récits témoignent d’un monde du travail en miettes, d’une jungle sans loi, où règne une violence inouïe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La digue a soudain cédé. D’un coup, un flot de paroles, de récits, se libère sur Internet, un trop-plein qui ne peut plus être contenu, une révolte qui ne peut plus se taire. Des milliers de jeunes, de moins jeunes viennent témoigner sous le hashtag #OnVautMieuxQueÇa. Ils racontent leur vie en forme d’impasse, les mois de chômage rythmés par les visites à Pôle emploi, briseur d’espoir et d’énergie, les galères où s’enchaînent stages, CDD, intérim. Même en 140 caractères, ils parviennent à témoigner d'une réalité d’angoisse, parfois de désespoir, de ségrégation, une violence au travail inouïe, dont nous, journalistes, n’avons pas su donner la mesure jusque-là.