Où va l’argent des pauvres?

Le sociologue Denis Colombi démonte dans un livre passionnant notre regard volontiers moralisateur ou critique sur les dépenses des classes les moins aisées. Il démontre que la façon de gérer cet argent ne manque pas de rationalité.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Il y a eu « l’écran plat », il y a désormais les « baskets de marque » ou « l’iPhone 11 ». Des objets en trop, toujours en trop, parce qu’ils appartiennent à des pauvres. Le regard collectif sur la façon dont les classes les moins aisées de la population dépensent leur argent est volontiers critique, voire moralisateur.

On se moque des « émeutes du Nutella » de 2018, on regarde sévèrement les dépenses d’habillement ou en cigarettes, on déclare son incompréhension devant des priorités apparentes. Qui, si elles paraissent irrationnelles, ont pourtant largement leur part de rationalité.

Souligner et expliquer cette rationalité, c’est tout le mérite du récent, et passionnant, livre de Denis Colombi, sociologue et professeur de lycée, Où va l’argent des pauvres (éd. Payot, 352 pages, 21 euros).

Auteur du blog Une heure de peine, Denis Colombi a commencé à explorer cette question dans une note de l’été 2017, où il décrivait notamment le cas de Larraine, une habitante de Milwaukee, suivie de près par le sociologue Matthew Desmond dans son livre Avis d’expulsion. Larraine avait par exemple dépensé en une fois la quasi-totalité de ses bons alimentaires, pour un festin de fruits de mer. Totalement illogique ? Au contraire.

Le sociologue américain remonte les raisons de ce type de dépense, et aboutit à la conclusion que Larraine n’est pas pauvre parce qu’elle jette son argent par les fenêtres. « L’inverse est beaucoup plus vrai : Larraine jette son argent par la fenêtre parce qu'elle est pauvre. » Des conclusions de ce type, et les explications qui les soutiennent, parsèment le livre de Denis Colombi, qui s’appuie sur de très nombreux travaux sociologiques.

L’ouvrage souligne à quel point les classes moyennes ou supérieures pensent qu’appliquer leurs propres stratégies de gestion de l’argent leur permettrait de mieux s’en sortir que les pauvres dans leur situation, ce qui est faux ; il décrit le regard moral que nous jetons sur l’argent et son utilisation ; et il martèle une idée qui est paradoxalement refusée dans le débat public : pour que les pauvres ne le soient plus, la solution la plus efficace est de… leur donner de l’argent.

Quelques idées-forces qu’il est urgent de faire circuler à l’heure où le gouvernement travaille à une grande réforme des minima sociaux. « Où va l’argent des pauvres ? Il est dépensé d’une manière tout à fait normale et rationnelle pour les pauvres. Oui, ceux-ci ont parfois des façons de l’utiliser qui s’écartent de ce qui est perçu comme une saine gestion dans les autres classes sociales, mais un budget serré impose des modes de consommation et de dépenses spécifiques, écrit Denis Colombi. Les pauvres doivent faire preuve de plus de contrôle, de plus de travail et de plus d’intelligence que la moyenne pour parvenir à gérer la contrainte. Eh oui ! Parfois, ils font des dépenses inconsidérées et déraisonnables, ils font des erreurs, se trompent, sont irraisonnés ou capricieux, comme tout le monde, mais avec des conséquences considérablement plus lourdes. » Un livre essentiel.

Cette émission est également disponible en podcast (à retrouver ici).


Nos débats et entretiens vidéo

Nos débats et entretiens vidéo
par Mathieu Dejean et Ludovic Lamant
Nos débats et entretiens vidéo
par Fabien Escalona
Nos débats et entretiens vidéo
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Nos débats et entretiens vidéo
par Justine Brabant

À la Une de Mediapart

France — Parti pris
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
France — Enquête
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Climat
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Un monde à vif
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne