Les mineurs, fantômes des plateformes de livraison

Illégale, la sous-location de comptes sur Uber Eats ou Deliveroo permet à des moins de 18 ans de travailler. S’ils préfèrent rester dans l’ombre, leur situation révèle leur précarité et les failles d’un système très peu surveillé, et encore moins régulé.

Nathalie Tissot

5 mars 2022 à 18h19

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le soir du 11 janvier 2022, Faël était fauché par un camion rue Saint-Armand, à Lille (Nord). Ce cycliste de 16 ans, scolarisé dans un lycée de Villeneuve-d’Ascq, portait un sac Deliveroo sur le dos. Les secours n’ont pas pu le réanimer, il est décédé. La plateforme de livraison n’a pas tardé à indiquer que l’adolescent n’était pas un de ses livreurs, qui doivent avoir au minimum 18 ans pour créer un compte avec leur microentreprise. Passait-il par un tiers pour exercer cette activité malgré l’interdiction ? Le parquet de Lille continue d’enquêter.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal