A LCL, ces suicides que la direction ne veut pas voir

Par Nadia Sweeny

Entre septembre 2016 et mars 2017, quatre salariés de la banque LCL (ex-Crédit lyonnais) se sont suicidés ou ont tenté de le faire. Dans cette filiale du groupe Crédit Agricole qui vit au rythme des restructurations massives, les risques psychosociaux sont préoccupants. Face aux alarmes lancées depuis plusieurs années par les syndicats et les médecins du travail, la direction pratique l’omerta.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Éric Demory, directeur régional adjoint Île-de-France Nord de la banque LCL (ex-Crédit lyonnais), s’est pendu dans l’une de ses agences, le 3 septembre 2016, à Argenteuil (Val-d’Oise). C’est un collègue qui, alerté par la conjointe, a découvert le corps de son supérieur après avoir attendu plus d’une heure et demie l’arrivée de la sécurité. « Normalement, personne n’est censé rester seul dans l’agence, mais il avait trop de travail, alors il restait quand même », témoigne-t-il.