Corruption: les documents qui accusent le patron d'Airbus

Par , et Lea Fauth

Mediapart et Der Spiegel révèlent comment Thomas Enders s'est impliqué dans la création d'une caisse noire qui aurait servi à distribuer des pots-de-vin pour vendre des Eurofighter à l'Autriche. Poursuivi dans ce dossier, le PDG d'Airbus a aussi commandé des enquêtes internes calibrées pour ne rien trouver.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Novembre 2014. Thomas Enders, le PDG d’Airbus, est furieux. Deux ans après le début de l’enquête sur la vente des Eurofighter à l’Autriche, des procureurs allemands ont de nouveau perquisitionné les locaux d’Airbus Defence, près de Munich, dans le cadre d’une affaire de corruption sur des marchés militaires. Dans un message au comité exécutif, Enders tape du poing sur la table : « Les affaires de corruption présumée visent notre groupe avec une intensité probablement sans précédent. […] Dit vulgairement, il y a simplement trop de merde dans le ventilateur en ce moment pour qu’on continue comme si de rien n’était. »