Les restaurateurs redoutent d’être «sacrifiés» à la lutte contre le Covid

Par

Après trois mois de fermeture au printemps, puis une reprise mitigée, les restaurants prennent le reconfinement de plein fouet. À Paris, Lyon, Dijon ou Amiens, le pessimisme est grand.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils se sont déjà fracassés sur la deuxième vague. Rideaux baissés et esprits très chagrins. Après trois mois de fermeture, un été globalement correct et un début d’automne passé à tenter de s’adapter aux annonces gouvernementales successives, les restaurateurs ont pris de plein fouet la décision de l’exécutif de les fermer à nouveau.