Budget: Bruxelles place sous surveillance l’ex-bon élève portugais

Par

La commission européenne a validé, vendredi 5 février, sous conditions purement comptables, le budget 2016 du nouveau gouvernement socialiste portugais emmené par le premier ministre Antonio Costa. Fin de l'austérité ? Pas vraiment.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La commission européenne a validé vendredi 5 février le projet de budget 2016 du nouveau gouvernement portugais tout en estimant que les risques d’infraction aux règles du Pacte de stabilité et de croissance existaient toujours, plaçant Lisbonne sous une surveillance renforcée dont la prochaine échéance est fixée au mois de mai. Pour obtenir ce feu vert, l’équipe socialiste minoritaire d’Antonio Costa a dû s’y reprendre à trois fois, les concessions successives à l'« austérité » atteignant au total 875 millions d’euros, que le premier ministre va maintenant « vendre » à ses alliés parlementaires du Bloc de Gauche et du Parti communiste portugais (PCP).