Aéroports de Paris, la première sulfureuse privatisation de Macron

Par

La première grande privatisation du quinquennat pourrait être celle d’Aéroports de Paris. Une opération contestable, compte tenu des conséquences économiques, sociales, ou environnementales que pourrait avoir la cession au privé d’une entreprise appartenant à la nation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis bientôt trente ans, la gauche et la droite ont multiplié les opérations de cession d’entreprises publiques. Il n’y a donc plus grand-chose à offrir à la boulimie des marchés financiers, sauf des entreprises stratégiques ou des services publics de première importance.