Evasion fiscale: comment Kering a fait marche arrière

Un mémo interne montre que le géant du luxe contrôlé par la famille Pinault a entamé un nettoyage de son montage d’évasion fiscale suisse en octobre 2017, un mois avant d’être officiellement mis en cause par la justice italienne. Cette manœuvre met à mal la défense de l’entreprise, qui affirme que tout était légal et transparent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Depuis que Mediapart a révélé le 16 mars que Kering a évadé 2,5 milliards d’impôt, le géant français du luxe, propriétaire de Gucci et Yves Saint Laurent, martèle le même élément de langage : Kering est « très tranquille sur la régularité des opérations » de sa filiale suisse LGI qui opère le montage fiscal, d’autant que « sa situation est bien connue des autorités fiscales helvétiques, italiennes et françaises ». En clair, tout serait légal et déclaré aux autorités.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal