Après les banques, l'Etat envisage de voler au secours des assurances

Par
Après les banques, l'Etat se prépare-t-il à voler au secours des assurances? C'est ce qu'a laissé sous-entendre la ministre des finances, Christine Lagarde, vendredi 6 mars, en déclarant que le gouvernement était prêt à aider les assurances «en cas de risque systémique». Le secteur est particulièrement exposé dans la crise financière. Mais un groupe semble particulièrement être entré dans une forte zone de turbulences: Axa. Depuis le début de l'année 2009, le cours du groupe d'assurance a perdu près de 63% de sa valeur et est tombé en dessous de 6 euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La petite phrase a été glissée mine de rien, comme par inadvertance. Lors d'un entretien sur Radio Classique vendredi 6 mars, la ministre des finances, Christine Lagarde, a déclaré que «l'Etat interviendrait aux côtés des assureurs, comme il l'avait pour les banques, si ceux-ci se trouvaient en situation de risque systémique». Y aurait-il donc un risque? A Bercy comme dans les groupes d'assurance, on s'efforçait de minimiser la portée du propos de Christine Lagarde: la déclaration avait juste été faite en réponse à une question. Mais il n'y aurait rien à craindre: les assurances sont dans le meilleur état possible, compte tenu de la crise financière.