Déboutées par la justice, elles doivent rembourser leur ex-employeur

Par

Quatre anciennes salariées syndicalistes d’une crèche parisienne, mises à pied puis licenciées au lendemain d’une grève, ont été déboutées en appel. Elles doivent rembourser des dizaines de milliers d’euros d’indemnités, obtenues en première instance, où la discrimination syndicale avait été reconnue. Elles se disent aujourd’hui victimes d’une « justice expéditive ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les courriers d’huissiers ont commencé à arriver fin août. Les sommes à rembourser oscillent entre 26 000 et 45 000 euros. Quatre anciennes salariées d’une crèche parisienne sont sommées de rendre les indemnités gagnées aux prud’hommes en 2017, et une cinquième est toujours en attente de la décision la concernant.