Usul. Fin de la redevance télé : une menace pour l’audiovisuel public

La suppression de la contribution à l’audiovisuel public va affaiblir le financement de France Télévisions, Radio France et quelques autres chaînes, dont Arte. Et il n’y a pas lieu de s’en réjouir.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Usul et Ostpolitik

10 octobre 2022 à 13h07

PDF

C’est fait, c’est voté : vous n’aurez plus à payer la redevance télé. Le Rassemblement national, qui souhaitait la privatisation pure et simple de l’audiovisuel public, a même voté des deux mains, encourageant le gouvernement à aller encore plus loin en supprimant toute forme de service public dans ce domaine. « Une grande démocratie comme la nôtre n’a plus besoin d’un service public », a déclaré Caroline Parmentier, une proche de Marine Le Pen.

De fait, la suppression de la redevance va affaiblir le financement de France Télévisions, Radio France et quelques autres chaînes, dont Arte. Dans cet épisode, on vous explique en quoi il n’y a pas lieu de se réjouir de la suppression d’un impôt qui collectait chaque année l’équivalent du budget du ministère de la culture.

Ouvrez les guillemets

À la Une de Mediapart

Énergies
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Justice
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Justice
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Corruption — Analyse
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne