Desserte maritime de la Corse: 2016, année de la normalisation?

Par

Déjà cinq jours de grève, blocage du port de Marseille : l'ex-SNCM a tout de suite retrouvé ses marques. La démission de l'État hollando-vallsien confirmée, la normalisation tant attendue de la desserte maritime de la Corse dépend désormais du nouveau pouvoir politique dans l'île et des autorités européennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aussi inévitable que la mort, les impôts et la galette des rois, la nouvelle année qui commence avec… une grève à la SNCM. Ou plutôt l’ex-SNCM. Le 5 janvier, jour même du passage de l’ancienne compagnie maritime à la nouvelle entreprise dans le giron du groupe de transport corse Rocca, les marins CGT ont posé sac à terre pour protester… contre la concurrence. Celle de Corsica Linea, la liaison lancée le même jour, exclusivement pour le fret, par deux candidats malheureux à la reprise de la SNCM. Mais en dépit de cette « tradition », 2016 pourrait être l’année de la remise à plat de la desserte maritime de la Corse, si le nouveau pouvoir politique dans l’île décide de tourner le dos aux pratiques clientélistes qu’il n’a cessé de dénoncer.