Arkéa: Marylise Lebranchu en défense du mutualisme

Par

Dans un entretien au Télégramme, l’ancienne garde des Sceaux socialiste, également ex-députée PS du Finistère, critique le projet de sécession du Crédit mutuel Arkéa et prend la présidence d’une association en défense du mutualisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un entretien avec le quotidien breton Le Télégramme, l’ancienne garde des Sceaux socialiste, Marylise Lebranchu, qui a aussi longtemps été députée du Finistère, dénonce vivement le projet de la banque bretonne du Crédit mutuel Arkéa, qui veut faire sécession de la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM). « Je suis sociétaire du Crédit mutuel de Bretagne depuis que j’ai perçu mon premier salaire. Et aujourd’hui, je ne comprends toujours pas les raisons qui poussent Arkéa à quitter le giron de la Confédération nationale du Crédit mutuel. Quel est le projet ? Pourquoi l’indépendance par rapport à l’autonomie qu’on a déjà ? Quel est le fait générateur de cette scission ? Je n’ai jamais pas eu de réponses précises à mes interrogations. Quand j’étais encore parlementaire, j’ai rencontré des salariés inquiets qui n’avaient pas plus d’éléments que moi », explique l’ancienne ministre.