Joan Martinez Alier: «La croissance verte est une utopie»

Par

La croissance peut-elle être écologique ? C’est la vision que défend Ségolène Royal avec sa loi de transition énergétique et sur la croissance verte que les députés ont fini de voter au petit matin, samedi 11 octobre. Mais pour Joan Martinez Alier, penseur de l’économie écologique et de la justice environnementale, c’est un leurre. C’est un tout autre système qu’il faut inventer. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1990, deux ans avant le Sommet de la terre organisé par l’Onu à Rio, paraît un livre dont le titre sonne comme une charge contre l’approche institutionnelle de ce que l’on commence alors à appeler le développement durable : L’Économie écologique. C’est une critique de l’économie et de son incapacité à rendre compte des enjeux environnementaux. Son auteur, Joan Martinez Alier, un universitaire de Barcelone, défend l’idée de l’« incommensurabilité des valeurs » : tout ne se mesure pas en argent et en monnaie. Certaines choses comptent au-delà des profits qu’elles rapportent. En 2002, sort L’Écologisme des pauvres, qui poursuit cette analyse et rend hommage aux mouvements sociaux contre la pollution et l’exploitation outrancière de la nature dans les pays pauvres.

Vingt ans plus tard, ces deux ouvrages sont devenus des classiques, et ont contribué à l’essor de l’économie écologique, creuset de penseurs dissidents du néolibéralisme et du keynésianisme, et pour les mouvements de justice environnementale. L’Écologisme des pauvres sort aujourd’hui en français, dans une version actualisée, notamment pour prendre en compte la crise financière de 2008.
Joan Martinez Alier coordonne aussi un projet international de recherche et d’activisme : « ejolt », dont l’acronyme signifie en anglais « organisations de justice environnementale, de responsabilités et de commerce », qui veut recenser, étudier et cartographier les conflits environnementaux dans le monde. Mediapart l’a interrogé alors que les députés français débattaient du projet de loi de transition énergétique et sur la croissance verte.