Pinault a lâché La Redoute pour baigner dans le luxe

Par

Après Conforama, Le Printemps, la Fnac..., l'ex-groupe PPR (aujourd'hui Kering) se débarrasse de La Redoute pour parachever sa mue en mastodonte du luxe. Une transformation radicale, motivée avant tout par la recherche de profits immédiats. Et ce n'est pas la première fois dans l'histoire de l'entreprise, où le fils reproduit la stratégie du père.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En se séparant, dans la douleur, de La Redoute (lire notre reportage), le groupe fondé par François Pinault quitte ses derniers oripeaux de géant de la distribution grand public. Une aventure lancée au tout début des années 1990 par le magnat français des affaires, et à laquelle son entreprise a définitivement tourné le dos en changeant de nom. Exit PPR, ce Pinault-Printemps-Redoute qui était le champion des biens de consommation. Place à Kering et ses 22 marques de luxe, de sport et de « lifestyle ».