Les négociants à l’âge du zinc

Par

Les métaux pèsent toujours plus lourd dans les bilans des maisons de négoce. Chez Trafigura, les bénéfices de cette division ont rattrapé les traditionnelles activités pétrolières. Et Glencore ne parle plus que de voitures électriques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour les traders, les nouvelles mines d’or s’appellent cuivre, zinc ou aluminium. Des matières dont le prix a progressé de 20 à 35 % en un an, « des sommets pratiquement inimaginables en début d’année fiscale », commente Saad Rahim, économiste en chef de Trafigura, dans le rapport annuel du groupe.