Les tensions s’aiguisent autour de la réforme ferroviaire

Par

Les cheminots se sont fortement mobilisés pour le 18e jour de grève de leur mouvement en pointillé. Les syndicats lancent une concertation de tous les salariés, un jour après la révélation d’un document interne attestant que la question de la privatisation d’une partie de l’entreprise n’est pas aussi claire qu’annoncé jusqu’à présent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Net regain de tension à la SNCF, sur fond de doutes quant aux réelles volontés de l’entreprise à propos de la privatisation de certaines de ses filiales. L’intersyndicale qui s’oppose à la réforme ferroviaire avait annoncé depuis plusieurs semaines vouloir faire de ce lundi 14 mai une « journée sans cheminots et sans train ». Si ce pari n’est pas entièrement réussi, ce 18e jour de mobilisation depuis le début de la grève en pointillé le 3 avril marque néanmoins une très forte participation des cheminots à la grève : l’entreprise a constaté un « trafic très perturbé », avec un TGV et TER sur trois, et un Intercités sur cinq, et les grévistes étaient plus de 27 % ce lundi, contre 14 % le 9 mai.