L’Afrique, cœur du réacteur du groupe Bolloré

Vincent Bolloré le reconnaît lui-même : si le groupe vend aujourd’hui ses ports en Afrique, c’est parce qu’il y est « obligé ». Il quitte à regret le continent africain, qui pendant des décennies a assuré sa fortune et lui a apporté un pouvoir immense. En toute impunité.    

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le voyage s’est fait dans la plus grande discrétion. Les 24 et 25 janvier, Nicolas Sarkozy et Cyrille Bolloré se sont rendus en Côte d’Ivoire, comme l’a révélé Africaintelligence, afin de rencontrer le président ivoirien Alassane Ouattara et l’ensemble des responsables du groupe en Afrique. Des rendez-vous décidés dans l’urgence, afin de tenter de calmer au plus vite la colère du président ivoirien et des autres chefs d’État africains.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal