Salariés et patronat échouent à s'entendre sur l'assurance chômage

Par

Pour la première fois depuis 1982, les représentants des salariés et des employeurs n'ont pas réussi à tomber d'accord pour établir de nouvelles règles d'indemnisation pour les chômeurs. Le gouvernement a donc repris la main et prolongé les règles actuelles, qui devaient s'éteindre le 30 juin. Tant pis pour les 800 millions d'économies qu'il attendait. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La dernière grande négociation sociale du mandat de François Hollande s’est soldée par un échec, et quel échec ! Jeudi 16 juin, après vingt petites minutes de réunion, les représentants du patronat et des salariés ont acté leur désaccord et leur incapacité à s’entendre sur les règles qui devaient régir l’assurance chômage pour les deux ans à venir. Une situation exceptionnelle, puisque depuis la création de l’Unédic en 1958, on compte un seul précédent, fin 1982 (et c'était déjà un Gattaz, Yvon, le père de Pierre, qui présidait aux destinées du patronat).