Mais où est donc passée la révolution fiscale ?

Par

Les premières mesures fiscales du gouverement sont ancrées à gauche. Mais la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG n'est plus évoquée. Les socialistes ont-ils oublié leur promesse ou se sont-ils convertis à la « flat tax » ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec le discours de politique générale prononcé le 3 juillet devant l’Assemblée nationale par Jean-Marc Ayrault, puis l’examen par cette même Assemblée depuis le début de cette semaine du projet de loi de finances rectificative, l’ambition fiscale du gouvernement socialiste est maintenant clairement affichée. Annulation des mesures fiscales injustes prises par Nicolas Sarkozy lors du précédent quinquennat en faveur des contribuables les plus fortunés ; relèvement de l’impôt sur le revenu, avec la création d’un taux à 45 % et d’un autre à 75 % ; possible relèvement de la Contribution sociale généralisée (CSG) dans le cadre d’un projet de diminution du coût du travail.