Carlos Ghosn, le PDG qui aimait trop les barbouzes

Par

Depuis 20 ans, Carlos Ghosn embauche des anciens des services secrets et ordonne des actions clandestines. En décembre, il s’agissait de se soustraire à la justice d’un État de droit, le Japon. Du temps où il exerçait comme PDG de deux multinationales, c’était pour espionner ses salariés, mais aussi des actionnaires et des membres de son conseil d’administration.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Bombardier Global Express achève sa course sur le tarmac de l’aéroport du Kansai, près d’Osaka. Le jet privé était parti de Dubaï la veille au soir. Deux Américains descendent de l’avion qu’ils ont loué au motif d’assister à un concert. Dans leurs bagages, deux malles servant à transporter du matériel de musique, spécialement modifiées avec l’ajout de roues et de discrets petits trous.