Depuis 2010 et la légalisation des jeux de poker sur internet, c’est la ruée. L’an passé, dans l’Hexagone, plus de six milliards d’euros ont été misés sur les sites agréés (pokerstars.fr, winamax.fr, etc.). Visiblement, les opérateurs ont su capter la confiance des Français. Pourtant, sur l’un des sites les plus en vue, celui lancé par le groupe Partouche (numéro 2 français des casinos), il semble que tous les compétiteurs n’aient pas été logés à la même enseigne.