Portage salarial : des travailleurs reprochent à l’exécutif d’avaliser une « escroquerie »

Par

Un avenant à la convention collective permet à toutes les entreprises de portage de prélever des charges liées à l’activité de leurs salariés, en plus des frais de gestion déjà ponctionnés. Une association va saisir le Conseil d’État pour dénoncer « la légalisation de prélèvements abusifs ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Salutaire remise à plat des pratiques ou permis d’escroquer ? Un avenant à la convention collective de la branche du portage salarial, qui dormait dans les cartons depuis près de trois ans, vient d’être « étendu » par la Direction générale du travail : toutes les entreprises de portage salarial doivent désormais l’appliquer.