Ce que signifie l’obsession du contrôle des chômeurs

Par

La proposition d’un « contrôle journalier » des chômeurs de Pierre Gattaz n’est pas le fruit d’un esprit farfelu, c’est la partie visible d’une logique plus profonde qui réduit le chômeur à n’être qu’un simple instrument de la politique du coût du travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La remarque de Pierre Gattaz, le président du Medef, suggérant mardi 17 octobre pour les chômeurs un « contrôle journalier » pourrait simplement prêter à sourire tant elle est caricaturale. Qui contrôlerait les chômeurs ? Pierre Gattaz serait-il prêt à renoncer à une partie du CICE pour financer les recrutements nécessaires ? Comment seraient-ils contrôlés ? Quel est le sens de ce contrôle dans une démarche de recherche d’emplois ? Tout cela prête évidemment à rire. Mais on aurait tort, alors que s’ouvrent les discussions sur la réforme de l’assurance-chômage, de traiter par le seul mépris, portant fort mérité, ce type de remarques. Il est révélateur de l’état d’esprit nouveau qui domine la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron.