La peur d'une panique bancaire saisit l'Europe

Par

Alors que les retraits des déposants se multiplient en Grèce et en Espagne, les banques demandent aux gouvernements de rassurer. Pourtant, le système financier semble anticiper un éclatement de la zone euro avec des fuites massives de capitaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Soudain, la confiance a disparu. Dans la multitude de scénarios qu’envisagent les dirigeants européens depuis le début de la crise de la zone euro, ils avaient pensé à tout sauf à celui-ci : que les petits épargnants européens se mettent brusquement à douter de la monnaie unique et du système bancaire, et se retirent sur la pointe de pieds. C’est ce qui est en train de se passer depuis une semaine. Les responsables politiques sont pour beaucoup dans ce nouveau développement de la crise. En évoquant la semaine dernière la sortie de la Grèce de l’euro, comme une issue possible voire souhaitable, des responsables allemands et de la Banque centrale européenne ont ancré eux-mêmes l’idée d’une rupture de l’Europe  et celle d'une contagion.