Le piège du militaire se referme sur l’industrie française

Par

Pendant des années, l’industrie de la défense a été présentée comme un substitut à la désindustrialisation et une vitrine de la grandeur du pays. L’affaire des sous-marins australiens montre avec cruauté que cette politique ne peut plus faire illusion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le psychodrame sur les contrats de sous-marins rompus par l’Australie ne peut se comprendre sans le sous-jacent économique de cette affaire. Car la fureur des autorités représente davantage qu’une question d’atteinte à l’honneur ou à la grandeur de la France. C’est aussi le désastre achevé d’une stratégie industrielle adoptée depuis longtemps par les gouvernements successifs.