L’embrouille de Xavier Niel autour du Fonds pour l’indépendance de la presse 

Par

En annonçant qu’il va apporter une partie de ses actifs dans la presse à un fonds de dotation, le milliardaire a voulu faire croire qu’il désirait œuvrer à un renforcement de l’indépendance du « Monde » et de « L’Obs ». Mais les statuts lui confèrent l’essentiel des pouvoirs, lesquels profiteront ultérieurement à ses héritiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la vie de la presse française, c’est un fait saillant de ces derniers mois : les projets de fonds de dotation ont tendance à se multiplier. Et de prime abord, on est enclin à s’en réjouir, car cette innovation juridique pourrait être aussi une formidable invention démocratique, contribuant de manière décisive à l’indépendance des journaux et donc au droit de savoir des citoyens, rouage essentiel de toute démocratie digne de ce nom.