Crise de la distribution de la presse en France: l'audit de la dernière chance

Par
Bruno Mettling, chargé par Matignon d'une mission sur la distribution de la presse en France, devrait présenter, mardi 30 mars, ses conclusions au conseil de gérance de Presstalis (ex-Nouvelles messageries de la presse parisienne, qui représente 80% du marché français). C'est que la situation est grave: l'entreprise est au bord de l'implosion financière et sociale tandis que l'opérateur (Lagardère) et les éditeurs s'en remettent à l'Etat. Le système français a sans doute vécu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruno Mettling, chargé par Matignon d'une mission sur la distribution de la presse en France, devrait présenter, mardi 30 mars, ses conclusions au conseil de gérance de Presstalis (ex-Nouvelles messageries de la presse parisienne, qui représente 80% du marché français) pour une application en septembre. Au terme de cet audit, il devrait proposer des pistes pour réformer un système né de la Libération. Depuis 1947, en effet, c'est la loi Bichet qui régit cette activité en instaurant deux grands principes: la liberté de diffusion – qui garantit à tout titre de pouvoir être vendu sur l'ensemble du territoire sans discrimination – et la solidarité entre éditeurs au sein de coopératives — censée éviter tout favoritisme.