Les tours de passe-passe fiscaux des héritiers de Manitou

Par Thibault Dumas (Mediacités)

Manitou, c’est une success story façon « Capital ». Celle d’une PME d’Ancenis (Loire-Atlantique) devenue, en un demi-siècle, une multinationale du chariot élévateur, au chiffre d’affaires dépassant le milliard d’euros. Un joli pactole qui, comme le révèle notre partenaire Mediacités, ruisselle sur la famille fondatrice par le biais de holdings belges.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Entre la famille Braud, propriétaire de Manitou, et l’outillage, l’histoire d’amour dure depuis un siècle et demi. À la fin du XIXe, Alexandre, le grand-père, invente une batteuse et un manège à chevaux de bois. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Marcel, le père, pense bétonnière et grues avant de mourir tragiquement sous les balles allemandes à la libération d’Ancenis (Loire-Atlantique). Andrée, son épouse, reprend ensuite l’idée et fonde la société Braud & Faucheux, avec le concours de son fils prénommé lui aussi Marcel. Simple ouvrier dans l’entreprise au départ, celui que l’on considère comme le fondateur de l’entreprise invente, en 1958, le chariot-élévateur MC5. Le premier d’une longue série.