Syndicats: une mobilisation au forceps

Par

Deux mois après le dévoilement des ordonnances réformant le code du travail et à quelques jours de leur ratification, Force ouvrière rejoint la CGT et Solidaires dans la rue. La CFE-CGC et la FSU pourraient également manifester le 16 novembre. En revanche, les antagonismes se creusent avec la CFDT.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Divergences stratégiques, batailles de pouvoir, affaires de boutiques… Les coulisses de la mobilisation contre le projet social du gouvernement, c’est un peu Dallas, version syndicale. La réunion de mardi 26 octobre, dans les locaux de la CFDT à Paris, n’a pas dérogé à la règle. À l’arrivée, non pas une mobilisation mais deux communiqués, histoire de brouiller davantage les pistes. Le premier émane du quatuor CFDT, CFTC, UNSA et la FAGE. Le second rassemble – et c’est une première dans le cadre de la lutte contre les ordonnances Macron – la CGT et Force ouvrière, ainsi que Solidaires, l’Unef, l’UNL et la FIDL, avec une date de manifestation et de grève interprofessionnelle fixée au 16 novembre. La FSU et la CFC-CGC, soit respectivement le syndicat de la fonction publique et celui de l’encadrement, pourraient se joindre à la seconde cohorte. Vous suivez toujours ? Bravo.