Christine Lagarde, encore une gaffe!

Par
La ministre des finances multiplie les gaffes. Après avoir annoncé un plan de rigueur, aussitôt démenti par François Fillon, puis invité les Français à prendre leur vélo pour faire face au choc pétrolier, la voilà qui se réjouit d'une stabilisation du chômage. Alors qu'en réalité, il repart à la hausse...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministère des finances est ordinairement réputé pour être le ministère de la parole. En ces temps où les marchés financiers ont acquis une si grande force et les politiques publiques de si faibles impacts, au moins le patron – ou la patronne – de Bercy peut-il – ou peut-elle – peser sur le cours des événements en usant de son charisme. En donnant confiance. C'est un effet psychologique impalpable mais les experts assurent qu'il est réel : les bons ministres des finances, dit-on, sont ceux qui ont un art consommé de la parole. Pour accompagner, voire provoquer, comme disent les économistes, les bonnes anticipations.