GE ou Siemens, les salariés d'Alstom attendent la «casse»

Par

Un rachat de la branche énergie d'Alstom par General Electric ou Siemens ? Les syndicats sont tenus à l'écart des négociations en cours et ne sont pas même officiellement informés de l'opération. Le démantèlement du groupe et des licenciements massifs sont-ils inéluctables ? Arnaud Montebourg rejette tout projet de nationalisation, même partielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ont la désagréable sensation d’être priés de rester sur le quai, pendant que leur entreprise part sans eux vers des contrées inconnues. Et ils sont bien décidés à actionner le signal d’alarme. Les représentants des salariés d’Alstom sont amers et inquiets. Le démantèlement de leur groupe semble bel et bien engagé depuis que l’agence de presse Bloomberg a révélé que General Electric (GE) et la direction d’Alstom peaufinaient un accord de cession de sa branche énergie, contre une somme évaluée entre 10 et 11 milliards d’euros.