Carburants : baisser de six centimes, est-ce socialement juste ?

Par et

Présentée comme une mesure sociale, la baisse de six centimes du prix des carburants à la pompe n'aura pas l'impact annoncé sur le pouvoir d'achat des familles modestes. La part du carburant dans le budget voiture n'est pas la plus importante. D'autres solutions, plus équitables, existent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Demi-surprise mardi matin : Pierre Moscovici annonce une baisse plus importante que prévu des prix des carburants : jusqu’à six centimes par litre à la pompe, soit l’équivalent de 1,5 euro pour 25 litres dans le réservoir. La veille, Jean-Marc Ayrault avait évoqué une réduction bien plus faible, entre deux et quatre centimes. Joli coup de communication du ministre de l’économie. « C’est une décision sans précédent et d’application immédiate », insiste-t-il. Elle est « extrêmement substantielle, notamment pour les bas revenus. »