La CGT se frotte à la Nuit debout

Par

Près d'un mois après la première Nuit debout, la CGT a fait officiellement son entrée sur la place de la République. Jeudi 28 avril, à l'issue de la manifestation contre la loi sur le travail, Philippe Martinez s'est frotté avec Solidaires et la CNT à l'exercice périlleux de la convergence des luttes. L'occasion de multiplier les appels à la grève reconductible, sans plus de précisions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Martinez est là ! » La place de la République est, comme d’habitude, sagement à l’écoute des modérateurs de l’AG à venir. Mais une partie des regards converge vers le secrétaire général de la CGT, qui s’est finalement décidé à pointer son nez à la Nuit debout parisienne. L’invitation a été lancée par Ruffin et les initiateurs de la Nuit debout, qui plaident depuis le début du mouvement pour un rapprochement avec les organisations syndicales, quitte à brusquer les choses, comme lors de la dernière réunion sur le sujet à la Bourse du travail. S'y sont jointes les différentes commissions opérant depuis plusieurs semaines à République, rassemblées pour l'occasion sous la bannière de « Luttes debout ». Ensemble, ils ont manifestement su trouver les mots pour convaincre le leader syndical de converger à l’issue de la manifestation interprofessionnelle du jour.