Le philosophe Pierre Crétois veut sortir la propriété privée des droits fondamentaux

Par

Dans son livre La Part commune, le philosophe Pierre Crétois entreprend une critique radicale de la propriété privée et de ses fondements. Pour lui, la propriété est un droit secondaire au service d’autres droits, plus fondamentaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La question de la propriété ressurgit. Oubliée pendant les années du néolibéralisme triomphant et considérée comme une donnée extérieure à la pensée sociale, économique, politique et philosophique, elle est désormais au centre de nombreuses réflexions. Outre Thomas Piketty, qui fait de l’offensive contre la propriété l’axe de son « socialisme participatif » dans Capital et Idéologie, paru au Seuil en 2019, Benoît Borrits a, en 2018, mené une recherche autour d’un « au-delà de la propriété » dans un ouvrage du même nom publié par les éditions La Découverte.