La commission de Bruxelles ressuscite la titrisation

Par

La titrisation, cette technique qui transforme de la dette en actif financier, a aggravé la crise de 2008 aux États-Unis. Elle a fait mercredi son grand retour à Bruxelles. Mais pas d'inquiétude: la commission promet une titrisation « propre »... Des élus et des ONG tiquent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- Jonathan Hill fut au cœur d’un emballement médiatique à l’automne 2014. La nomination de cet ancien lobbyiste britannique à un poste clé de la commission de Jean-Claude Juncker, celui de la « stabilité financière et des services financiers », avait provoqué nombre de remous. Des ONG avaient réclamé le départ de celui soupçonné d'être un envoyé de la City londonienne à Bruxelles. Sous la pression, Hill avait même dû essuyer un oral de rattrapage devant les eurodéputés, qui avaient hésité, jusqu’au bout, à l’investir.