Social : les mauvaises nouvelles ne prennent pas de vacances

Par
Les ministres sont en vacances. Le PS occupé à préparer son congrès. Sur les routes, Bison Futé voit rouge, forcément. Mais les mauvaises nouvelles économiques, elles ne prennent pas de congés. Le chômage augmente. La croissance est quasiment nulle. Le moral des Français est au plus bas, et la moitié d'entre eux ne partira pas cet été. Sur ce, Nicolas Sarkozy veut faire rentrer les députés plus tôt, dès le 22 septembre. Car il faut poursuivre le rythme des réformes, martèle le gouvernement. Et continuer, surtout, à occuper le terrain médiatique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les ministres sont partis en vacances mais il en est resté un, le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, pour faire le service après-vente des lois en cascade votées par le Parlement depuis un an. «De grandes batailles idéologiques ont été gagnées», triomphait-il mercredi le site internet du Figaro. «Il faut absolument continuer sur cette dynamique. Aujourd'hui, tout le monde reconnaît la pertinence du rythme et de la concomitance des réformes.»