Dans le combat des opposants au mariage pour tous à l'Assemblée nationale, Christine Boutin a passé le relais, à son grand regret. Égérie des anti-Pacs en 1998, députée jusqu'en 2009, la présidente du Parti chrétien-démocrate loge désormais dans la tribune du public et doit se contenter de son compte Twitter comme porte-voix. Une dizaine de députés l'ont remplacée : les anciens anti-Pacs, des ministres et quelques nouvelles têtes. Ce n'est plus la Bible qu'ils brandissent dans l'hémicycle, mais le règlement de l'Assemblée.