Deux journalistes végétariens au Salon de l’agriculture

Si les Français mangent moins de viande, le Salon de l'agriculture reste une vitrine de l’élevage de races à viande de toutes nos régions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Libération a envoyé deux journalistes végétariens au Salon de l’agriculture. Conclusion : si les Français mangent moins de viande, elle est toujours la reine porte de Versailles, qui reste une vitrine de l’élevage de races à viande de toutes nos régions. Les journalistes décrivent notamment le stand d’Interbev, le groupement d’intérêts de la filière de la viande française. « L’objectif de la massive installation est clair : donner le goût de la barbaque aux plus jeunes, s’assurer que les autres le gardent », écrivent-ils. Dans l'unique hall consacré aux « cultures et filières végétales », ce sont surtout les cultures céréalières intensives qui sont mises à l'honneur. « Là où les allées consacrées à l’élevage s’attachaient à exalter les traditions d’un terroir, celui de l’agriculture céréalière et maraîchère semble nettement plus technophile, même si les pesticides s’y font discrets », écrivent-ils.