Psychiatrie: des «traitements inhumains» à l’hôpital de Saint-Etienne

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a saisi en urgence le gouvernement pour mettre fin à des violations de la dignité et des droits des patients.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a annoncé jeudi 1er mars avoir saisi en urgence le gouvernement pour mettre fin à des violations de la dignité et des droits des patients.

Lors de la visite du centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Étienne, du 8 au 15 janvier 2018, les contrôleurs ont fait le constat de conditions de prise en charge portant des « atteintes graves aux droits fondamentaux » des personnes hospitalisées dans cet établissement. Dans leurs recommandations, ils notent qu’ils ont en effet observé des « conditions d’accueil indignes » au sein du service des urgences générales, des « pratiques abusives d’isolement et de contention » dans les unités d’hospitalisation complète ainsi qu’un « défaut d’information » des patients sur leurs droits.

Accéder ici aux recommandations des contrôleurs publiées au Journal officiel du jeudi 1er mars.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale