Devant l’Assemblée: «Ce 49-3, c’est une nouvelle violence qui nous est faite»

Par

Un millier de personnes se sont rassemblées devant le Palais-Bourbon, quelques heures après l’annonce par le premier ministre du déclenchement du dispositif constitutionnel permettant l’adoption de la réforme des retraites sans vote à l’Assemblée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Samedi soir 29 février, Édouard Philippe était au « 20 heures » de TF1, moins de trois heures après avoir annoncé à la tribune de l’Assemblée nationale qu’il déclenchait l’utilisation de l’article 49-3 de la Constitution pour faire valider sans vote la première lecture de la réforme des retraites. Le but de ce dispositif, a affirmé le premier ministre, est de « sortir l’Assemblée de l’ornière » de débats trop longs et d’amendements trop nombreux déposés par l’opposition.