Contrôle au faciès: couleur de peau et vêtements sont des déclencheurs

Par

Une étude menée au printemps 2012 auprès d’étudiants d’Île-de-France confirme que les contrôles d’identité ciblent davantage les étudiants « non-blancs ». Certains marqueurs vestimentaires – casquette, jogging et capuche – ont un impact tout aussi important.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qu’est-ce qui fait qu’un étudiant est plus ou moins contrôlé par la police ? Au printemps 2012, le sociologue Nicolas Jounin et ses étudiants de l’université Paris 8 ont interrogé 2 400 étudiants sur leurs expériences de contrôles d’identité, via des questionnaires distribués dans des facultés d’Île-de-France. Selon leur étude intitulée « Le faciès du contrôle » et récemment publiée par la revue Déviance et société, le sexe, la race et le style vestimentaire apparaissent comme des variables clés de la décision policière.