La justice s’émancipe enfin du pouvoir

Par

La garde à vue de l’ancien chef de l'État, une première sous la République, montre que l'autorité judiciaire renonce à ses pudeurs vis-à-vis du politique et du pouvoir exécutif.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un tabou est tombé, ce 1er juillet 2014. En décidant, pour la première fois dans l’histoire de notre vieille République, de placer un ancien chef de l’État en garde à vue, tel un suspect lambda, deux juges d’instruction viennent de nous signifier de façon éclatante que la justice s’est enfin émancipée. Ces deux juges d’instruction du pôle financier de Paris, Patricia Simon et Claire Thépaut, n’ont pourtant fait qu’appliquer les dispositions du Code de procédure pénale.