Le choc d'un fait divers, les limites des lois lancées sous le coup de l'émotion

Par

L'horreur d'un fait divers – un enlèvement suivi d'assassinat, avec implication d'uncriminel récemment sorti de prison – relance le débat sur le traitement de la récidive. «Castration chimique» réclamée par l'UMP et la ministre de la justice. Mise en cause d'une décision de justice par le ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux. Dénonciation de l'échec de lapolitique pénale du gouvernement par le PS. Derrière la charge émotionnelle, de nouvelles lois sont d'ores et déjà annoncées qui s'ajouteront aux nombreux textes adoptés, ces dernières années, pour éviter la récidive en matière criminelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.