13-Novembre : « Aristide et moi, on s’est battus pour garder de la vie »

Par

Frère et sœur, Aristide et Alice ont été blessés en 2015 par les tirs lors de l’attaque des terrasses, rue Bichat, alors qu’ils voulaient dîner au restaurant « Le Petit Cambodge ». Ils témoignaient jeudi 30 septembre devant la Cour d’assises spéciale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Être frère et sœur au milieu d’un attentat, être touchés, mais réussir à se protéger l’un l’autre, et survivre. C’est l’histoire qu’ont livrée Alice et Aristide devant la Cour d’assises spéciale, jeudi. Une histoire qui s’est jouée à un fil. « On est reconnaissants avec le destin. C’est comme une pièce qui tombe du bon côté », résume avec calme Aristide, visage clair et cheveux frisés noirs. Comme la plupart des victimes des terrasses, ce soir-là, ils s’étaient donné rendez-vous pour passer la soirée ensemble. C’était rue Bichat, au restaurant Le Petit Cambodge, en face du bar Le Carillon. Alice, visage blanc et longs cheveux noirs, se souvient qu’il « faisait bon ».