Taxe professionnelle: le Sénat ne votera pas

Par et
Cette fois, c'est la fronde. Avec en chef de file, Jean-Pierre Raffarin. Dans une tribune publiée ce 1er novembre dans le Journal du dimanche, l'ancien premier ministre et vingt-trois autres sénateurs UMP annoncent qu'ils ne «voteront pas en l'état» le projet de suppression de la taxe professionnelle, voulue par Nicolas Sarkozy. Cette déclaration écarte de fait toutemajorité au Sénat et bloque l'adoption du budget 2010. Mais au-delà de cette réforme, c'est le jacobinisme du chef de l'Etat qui est démasqué. De la réforme des collectivités territoriales au Grand Paris, analyse d'un point aveugle de la politique de Nicolas Sarkozy: la recentralisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette fois, c'est la fronde. Avec en chef de file, Jean-Pierre Raffarin. Dans une tribune publiée ce 1er novembre dans le Journal du dimanche, l'ancien premier ministre et vingt-trois autres sénateurs UMP annoncent qu'ils ne « voteront pas en l'état » le projet de suppression de la taxe professionnelle, réforme voulue par Nicolas Sarkozy. Car avec cette réforme « nous perdons notre autonomie financière », explique dans le JDD, Philippe Dallier, élu de Seine-Saint-Denis. Cette opposition des sénateurs n'est pas qu'un baroud d'honneur. Elle écarte de fait toute majorité au Sénat et bloque l'adoption du budget 2010.