A Marseille, un an après les effondrements et huit morts, la justice avance lentement

Par

Près d’un an après l’effondrement de deux immeubles à Marseille et la mort de huit personnes, aucune mise en examen n’a encore été prononcée. Deux architectes experts ont tout de même été placés sous le statut de témoins assistés. Quant à la guerre aux marchands de sommeil déclarée par le gouvernement, elle peine à produire ses effets judiciaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Près d’un an après l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne à Marseille qui avait tué huit personnes, Matthieu Grand, Mathilde Bloch et Nathalie Roche, les trois juges d’instruction chargés de l’information judiciaire contre X, ont réuni le 18 octobre toutes les parties civiles pour les informer des avancées de l’enquête.