Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès

Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Airbus solde, définitivement cette fois, douze ans de corruption massive. Le tribunal judiciaire de Paris a homologué, mercredi, une convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) qui permet au géant européen de l’aéronautique de mettre fin aux poursuites dans trois affaires de corruption, moyennant le paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal